Home Campings et villages de vacancesUne maison sur roue : récit de voyage

Une maison sur roue : récit de voyage

En ce début d’année nous avons confié notre plume à l’un de nos fidèles lecteurs pour nous raconter son expérience inédite en camping car. Habitué à la sédentarité et au Cocooning*, il est allé à l’encontre de ses idées reçues pour mettre un pas dans l’univers du nomadisme moderne, où l’aventure se conjugue maintenant avec le confort.

Une nouvelle expérience

Casanier hors-pair, je mets un point d’honneur à moduler l’environnement qui m’entoure pour qu’il serve exclusivement mon confort.  Je tire une quantité de plaisir énorme (presque indécente) de la vie moderne en intérieure. C’est simple, pour moi l’attachement viscéral à son chez soi est la clé du bonheur. Rien ne vaut la sensation de créer son propre espace-temps et d’y inviter les autres.

Pourtant, l’expérience que j’ai vécue ce week end a bouleversé ma grille de lecture. Pour cause, j’ai été projeté dans un univers mariant les joies de l’aventure en extérieur avec le cocooning chaud et protecteur : un ami m’a prêté son camping-car !

Emmener son chez-soi ailleurs

camping-car-voyage

J’avoue ne pas avoir été très excité au début à l’idée d’utiliser le camping car pour découvrir la région de Seilhac en Corrèze. Cependant, après la prise en main et la visite du propriétaire, je me suis senti très vite à l’aise avec le lieu (sic).

J’avais envie de parcourir la région avec ma compagne  passionnée de vieilles pierres. Je voulais lui éviter le parcours classique maison d’hôtes – visites guidées – dîner de groupe. Pour lui faire plaisir, j’envisageai assez de quitter mon confort et mon Feng Shui le temps d’une aventure un peu plus roots*.

Que nenni, le camping car de mon ami est un vrai bijou de confort. Après nous être arrêtés au camping en face du lac, nous avons pris l’apéro devant le coucher du soleil. Un pur moment de bonheur. Avant de nous préparer à sortir diner, j’ai repris mes habitudes urbaines  en allumant la grande télévision accrochée dans le camping car. Quel luxe de regarder les émissions d’Access prime time en plein cambrousse !

La nuit fuit splendide sur un lit dorsopédique que je ne pensais pas retrouver dans un camping car, avec en fond  sonore l’orchestre d’insectes locaux.

Le matin j’ai été réveillé par le bruit de la cafetière italienne. Alimenté en électricité grâce au photovoltaïque, le camping car jouit en réalité de tous les objets électroniques que nous collectionnons en ville. Que demande le peuple.

Une fois sur pied nous avons pu découvrir la région à notre aise en prenant les deux vélos tout terrain accrochés. Découvrir la région de Seilhac à vélo est une pure merveille. Je pense même que c’est la seule bonne manière de le faire.

Notre nouvelle petite maison a pris ses racines et nous avons presque ressenti de la tristesse à l’idée de revenir en ville, dans nos routines respectives. Je sentais aussi qu’il était temps que je mette un terme à cette expérience, au risque d’y prendre goût et de devenir l’inverse de ce que j’ai été jusqu’à présent :  un nomade du cocooning.

Si j’ai un conseil à vous donner, ne refusez jamais un ride en Camping-car !

*Cocooning : terme en anglais signifiant la propension à vouloir rester chez soi pour profiter du confort plutôt que d’aller en extérieur.
*Roots : Terme en anglais signifiant proche de la nature, parfois de façon rudimentaire.